Chute de cheveux, perte de cheveux ou calvitie : explications et solutions por vos cheveux.

 

Menu

 

Les formes d’alopécie et la calvitie

L’alopécie androgénétique héréditaire : la calvitie

La forme la plus répandue est l’alopécie androgénétique héréditaire. C’est elle qui est responsable des crânes dégarnis que nous observons tous les jours. Bien qu’elle touche principalement les hommes à partir de 40 ans (dans la quarantaine, on estime que 70% des hommes sont touchés, à degrés divers), certaines femmes en sont également atteintes. Les androgènes sont toutes les substances qui maintiennent et ou stimulent le développement des caractères masculins. Il s’agit le plus souvent des fameuses hormones stéroïdes. Dans le cas de la calvitie androgénétique héréditaire, c’est la DHT (dihydrotestostérone) qui provoque l’alopécie. Celle-ci est le résultat de la transformation de la testostérone par l’effet d’une enzyme portant le nom de 5-alpha réductase de type II. C’est sur celle-ci qu’agit les médicaments prescrits contre l’alopécie androgénétique héréditaire. Chez l’homme, la perte de cheveux sera plus localisée, principalement au-dessus des tempes, du front ainsi que sur le sommet du crâne. Chez la femme, cette perte de cheveux est plus homogène, les cheveux se raréfient sur tout le cuir chevelu.

 

L’alopécie aiguë

Il s’agit d’une forme d’alopécie dont les effets sont soudains. Elle est généralement causée par un traumatisme, psychologique ou physiologique. Cela peut être dû à une chimiothérapie, le décès d’un être cher, une grossesse etc. Les cheveux tombent prématurément et ne sont pas remplacés, jusqu’à ce que le choc soit surmonté. Il faut alors quelques mois pour que les follicules pileux reprennent une activité normale. Si cette alopécie est fulgurante, elle n’est que temporaire. Elle frappe les hommes comme les femmes.

L’alopécie en plaques (pelade)

Il s’agit d’une alopécie auto-immune, c’est-à-dire causée par une hyperactivité du système immunitaire envers des substances ou tissus de l’organisme. Elle se caractérise par une chute des cheveux localisée sur des surfaces délimitées de sa peau, donc en plaques. Si l’on sait qu’une inflammation des follicules pileux cause l’alopécie, il subsiste beaucoup de points d’interrogation quant aux mécanismes exacts provoquant cette inflammation. Les évolutions de cette maladie sont très imprévisibles. Cela va de la guérison complète à des problèmes chroniques à vie.

L’alopécie congénitale

Cette forme d’alopécie est très rare. Dès la naissance, les follicules pileux sont anormaux, un bébé atteint d’alopécie congénitale nait avec peu de cheveux ou aucun.

L’alopécie localisée

De petites surfaces du cuir chevelu sont dépourvues de cheveux. Cela peut être dû à une cicatrice, une brûlure, une tumeur ou un parasite, comme la teigne ou le psoriasis.

L’alopécie chronique

Forme légère d’alopécie, elle est causée par une carence alimentaire (vitamines, minéraux), un stress, un problème thyroïdien. Les causes peuvent être aussi variées que celles de l’alopécie aiguë, tandis que les effets sont beaucoup moins spectaculaires. Un bon diagnostic, suivi des mesures adéquates, suffit à éliminer l’alopécie chronique.

 

Copyright 2010 Calvitie.fr